Belfast : quand les murs parlent

L’Irlande du Nord a traversé une période particulièrement difficile au XXe siècle. Bien que la paix ait maintenant été retrouvée, celle-ci reste fragile et Belfast est encore essentiellement divisée entre rues catholiques et rues protestantes. Les fresques murales de Falls Road et de Shankill Road rappellent les divisions communautaires qui ont ensanglanté le pays.

Pourquoi l’Irlande du Nord est-elle restée dans le Royaume-Uni au moment de l’indépendance ?

Avant de vous présenter les muraux de Belfast, il est important de revenir un peu en arrière et de comprendre les raisons qui ont poussé le nord de l’île d’Irlande à refuser l’indépendance vis à vis du Royaume-Uni. Pour cela, il nous faut remonter au XVIIe siècle et à Jacques Ier d’Angleterre. Ce dernier, afin de renforcer sa domination, incita des Protestants écossais à immigrer en Irlande du Nord en leur donnant des terres. De ce fait, lors du vote pour l’indépendance de l’Irlande, les Protestants étaient plus nombreux et cette partie du pays a choisi de rester dans le Royaume-Uni, au grand dame des Catholiques.

Falls Road : la rue catholique de Belfast

Située à l’ouest de Belfast, Falls Road est l’avenue principale entre Divis Street dans le centre de Belfast et le quartier d’Andersonstown au sud-est de la ville. On y trouve de nombreux muraux célébrant la résistance.

Le couvre-feu de Falls Road

Brendan Hughes : héros ou terroriste ?

Engagement politique pour d’autres conflits à travers le monde

La situation nord-irlandaise n’est pas le seul sujet des fresques. D’autres conflits semblent avoir inspiré les irlandais catholiques, comme le conflit israëlo-palestinien, l’indépendance du pays basque ou l’embargo de Cuba.

Célébration de la culture gaélique

Plutôt que des actes de violence, certaines fresques célèbrent la communauté irlandaise en dépeignant par exemple des jeunes jouant au football gaélique ou en promouvant une radio en gaélique.

Quelques affiches plus légères

D’autres ne servent qu’à faire joli ou à apporter un peu d’humour dans cette rue de Belfast. C’est le cas de celles qui suivent.

Tu n’es pas un raté parce que tu n’as pas réussi. Tu as réussi parce que tu as essayé.
Shankill Road : Le Belfast britannique et protestant

2011-05-02 18.43.102011-05-02 18.30.27

Shankill Road, parallèle à Falls Road, est son équivalent unioniste et protestant. Les drapeaux vert, blanc et orange de l’Eire laissent place à l’Union Jack. Les fresques murales de cette partie de Belfast interprètent les événements des Troubles de manière différente et les actes considérés comme de la résistance du côté de Falls Road sont perçus comme du terrorisme. J’ai trouvé la partie britannique bien moins intéressante. C’est cependant sans doute normal. Le peuple qui se sent oppressé a plus besoin de s’exprimer que peuple qui dirige.Voici tout de même quelques fresques du côté britannique.2011-05-02 18.49.52 2011-05-02 16.37.57 2011-05-02 18.55.02

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s