Une semaine au Portugal : Lisbonne en 4 jours

Ayant terminé une mission d’intérim avant Noël et mon compte en banque se trouvant dans le vert, j’ai commencé 2016 en beauté par un petit voyage au Portugal entre Lisbonne et Porto.

4 jours à Lisbonne

Lundi : Bienvenue à Lisbonne

J’arrive à Lisbonne sous un ciel couvert, cependant il ne pleut pas – pour le moment. Je suis surprise par les rues qui montent et qui descendent. Ce voyage au Portugal ayant été arrangé à la dernière minute et je n’avais pas préparé grand chose en dehors du billet d’avion et de l’hébergement. Bref, j’arrive finalement à House of São Bento dans le quartier d’Estrella où je vais rester les cinq prochaines nuits. J’avais craqué sur la chambre et un mur recouvert d’une fresque et je suis déçue de la décoration plutôt épurée de ma chambre. Après m’être installée et reposée un peu, je sors explorer les environs. À présent, il pleut. Cela ne fait rien, j’ai mon k-way ! Malheureusement, je me rends vite compte de l’inefficacité de mon k-way contre la pluie portugaise. Mon jean est trempé et je suis perdue. Je m’abrite dans un café où je prends une quiche au poulet et aux légumes, un cappuccino et une pastel de Nata, un genre de tartelette recouvert de flan et de cannelle. J’en profite aussi pour sortir mon plan à moitié déchiré par l’eau et pour voir où je suis. En fait, je ne suis qu’à quelques rues de mon auberge. Je finis donc par affronter à nouveau la pluie qui ne veut pas s’arrêter et je retourne à l’auberge pour préparer mon programme de la semaine.

Mardi : Découverte du quartier de Belém

La météo prévoyant de la pluie pour toute la semaine, mon idée initiale de marcher et d’explorer les rues de Lisbonne tombe à l’eau. Heureusement il ne pleut pas encore lorsque je pars et j’ai le temps de me rendre à l’office du tourisme pour acheter un Lisboa Card de 72 heures. Le Lisbonne Pass permet d’utiliser les transports en commun et d’entrer gratuitement ou à prix réduit dans certains monuments ou musées. Muni du précieux sésame, je prends le tram en direction du quartier de Belém où je visite le monastère des Hiéronymites. Ma visite du cloître est marquée par un changement de temps. Je rentre sous un ciel noir, il pleur, puis je finis la visite avec un ciel bleu. Je me promène ensuite à la recherche de la tour de Belém qui se situe à proximité et que je ne trouve pourtant pas. Je tombe par contre une pagode située au milieu d’un petit parc. Une découverte inattendue. Finalement, mon estomac me réclame un peu de carburant ; je fais donc une pause dans un petit restaurant où je commande un plat de riz au porc et à la poulpe. C’est un mélange plutôt spécial. En sortant, je vois des panneaux pour le Musée des carrosses, qui était sur ma liste d’endroits à visiter. À l’intérieur du musée, je suis abordée par un étudiant italien qui cherche à monter à l’étage supérieur. J’étais entrain de me poser exactement la même question et on finit par trouver le chemin et à discuter en italien. Il m’informe qu’il y a un autre Musée des carrosses plus grand et plus moderne. Pour l’instant, j’aimerais quand même trouver cette fameuse tour de Belém, donc je prends en bus qui me rapproche, puis m’éloigne – les arrêts ne sont pas indiqués. Je marche et finalement, miracle, je finis sur le bon chemin. La tour de Bélem a été édifiée au XVIe siècle par le roi Manuel Ier pour protéger le port de Lisbonne des invasions. Je m’amuse à imaginer l’invasion de navires ennemis en regardant à travers les différentes ouvertures. Les cachots quant à eux sont si bas qu’ils pourraient servir de décors à un film avec des créatures de petite taille. La tour offre également une belle vue sur le pont du 25 avril, qui rappelle fortement le Golden Gate Bridge de San Francisco. J’essaie encore de trouver un musée avant l’heure de fermeture, mais j’ignore si je l’ai loupé ou s’il était plus loin que prévu, mais je ne le trouve pas et je reprends donc le tramway. Comme il pleut et que le tram est bondé, je n’ai absolument aucune idée de l’endroit où je me trouve. Je finis tout de même par retrouver mon chemin pour une soirée tranquille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mercredi : Excursion à Cascais

Aujourd’hui, je décide de faire une excursion en dehors de Lisbonne. Ma Lisboa Card est également valable pour les trains jusqu’à Cascais et jusqu’à Sintra. Aujourd’hi, ce sera Cascais. Cascais est une petite commune balnéaire située à trois quarts d’heure de Lisbonne. J’imagine qu’elle doit être très fréquentée en été, mais en hiver, par un temps pluvieux, et en dehors des vacances scolaires pour la plupart (les Italiens semblait encore en vacances), il n’y pas un chat. Outre l’océan, il y a quelques jolis bâtisse et un marché de Noël. J’ai d’ailleurs acheté et dégusté de suite d’excellents chocolats brésiliens. Je longe ensuite plus ou moins le littoral en passant entre les gouttes jusqu’à deux stations précédant Cascais pour regarder deux, trois édifices que j’avais repéré depuis le train. Et comme il me restait un peu de temps et que le train s’arrêtait tout prêt du deuxième Musée des carrosses de Lisbonne dont m’avait parlé l’Italien de hier, j’en profite pour y faire un tour. Effectivement, il est beaucoup plus grand que l’autre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Jeudi : L’univers fantasmagorique de Sintra

Je vais enfin à Sintra aujourd’hui. C’était l’endroit qui m’avait donné envie d’aller au Portugal au départ. Mais j’attendais en espérant que le temps s’améliore un peu. Ce n’est pas le cas et il pleuvra encore toute la journée. Heureusement, ce n’est que de la bruine, ce qui reste supportable. Et puis la brume confère une ambiance un peu fantasmagorique. Vous vous demandez peut-être ce qu’il y a de si intéressant à Sintra ? Et bien Sintra abrite des châteaux, des palais et des jardins semblant sortir de contes de fée. J’en visiterai deux : le palais de la Pena et le château de Maures. Les deux édifices se trouvent à proximité en haut de la Serra de Sintra. Ils sont accessibles par un chemin de randonnée, par voiture ou par bus. Puisqu’il pleut, j’opte pour le bus vers le palais de la Pena. En chemin, je me dis que j’ai bien raison : ça monte vraiment bien. En plus une fois arrivé à l’entrée du parc du palais de la Pena, il faut encore grimper (il y a tout de même la possibilité de payer pour une deuxième navette) pour atteindre l’entrée même du palais. Cela dit, cela en vaut la peine ! Si l’intérieur est sympathique, c’est surtout l’extérieur qui impressionne. Le palais de la Pena est un éblouissement de couleurs et de mélange architecturaux évoquant les châteaux du romantisme allemand. Du romantisme allemand au Portugal ? Et oui, le palais de Sintra est a été édifié en 1839 sur les ruines d’un monastère hiéronymite par le baron Ludwig von Eschwege à la demande du roi consort du Portugal Ferdinand de Saxe-Cobourg-Gotha, qui était d’origine allemande. Ceci explique donc cela ! Je me promène ensuite dans le parc. Il y a plusieurs points d’intérêt pas vraiment bien indiqués et vu le temps qu’il fait, je n’ai pas vraiment envie de chercher. Je tombe tout de même par hasard sur quelques eux en essayant de retrouver la sortie. Je me dirige ensuite vers le châteaux des Maures, également appelé château de Sintra et qui se trouve un peu plus bas. Je pourrais reprendre le bus, mais je n’ai pas envie d’attendre. Du château, il ne reste en fait plus que les murailles et quelques tours qui offrent en théorie une vue panoramique jusqu’à l’océan Atlantique. J’effectue entre la moitié et les deux-tiers du tour des murailles. Mais à force de marcher et ne m’étant guère assise depuis ce matin, mon genou commence à tirer. Je reprends donc le bus vers le centre de Sintra. J’aurais aussi bien aimé voir le palais de la Regaleira et surtout ses jardins dont j’ai entendu tant d’éloge. Mais il est déjà tard et je me dis que j’irai le lendemain. J’effectue néanmoins encore deux derniers arrêts pour prendre des photos de l’extérieur du palais national de Sintra et pour tester la nouvelle attraction Mythes et Légendes de Sintra, un parcours d’histoires et d’expériences en 3D proposé par l’office du tourisme de Sintra que je trouve un peu décevant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus d’articles sur le Portugal :

Escapade au Portugal – Lagos, reine de l’Algarve

Un week-end à Porto

 

 

 

 

 

Publicités

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s