Mostar : sur les traces d’une ville meurtrie – Une semaine en Croatie

Mon séjour en Croatie me fait faire un détour par la Bosnie, deux pays qui n’en formaient autrefois qu’un et dont la guerre (l’un des premiers conflits que j’ai été en mesure de comprendre) a particulièrement ravagé la seconde. J’aurais pu aller directement de Split à Dubrovnik ; toutefois le bus entre les deux villes s’éloignent de la côte et visiter Mostar ne rajoute pas tellement de trajet. Par ailleurs, la visite de Mostar est une expérience vraiment intéressante, même si, à mon avis, la ville ne mérite pas qu’on si attarde trop longtemps (il y a des choses à voir aux alentours, mais c’est encore une autre histoire). La preuve, je suis arrivé vers 15h et je suis repartie le lendemain au bus de 7h. Je devais faire une visite guidée, mais je l’ai malheureusement loupée. J’ai passé beaucoup de temps à chercher mon logement (je suis passé plusieurs fois devant ma rue, mais il n’y avait aucun panneaux avec le nom), ce qui m’a permis de parler avec les autochtones, vraiment très sympathiques et soucieux de me venir en aide. Par contre, ils m’envoyaient un peu à droite et à gauche. J’ai d’ailleurs eu l’impression que la population  était constituée principalement de personnes âgées et d’enfants ou d’ados nés après la guerre (les personnes dans la trentaine comme mois étaient rares). Avec les personnes âgées, j’ai essentiellement communiqué dans un allemand très basique. En effet, durant la guerre des Balkans, de nombreux casques bleus allemands étaient stationnés à Mostar, et la population a donc appris la langue. Le conflit est d’ailleurs très visible. Dès l’entrée de la ville, on longe plusieurs cimetières de chaque côté de la route, dont les tombes sont presque toutes marquées de la même année, 1992, souvent aussi le même mois et même le même jour. Pour rappel, le premier siège de Mostar qui eut lieu entre avril et juin 1992 fit plus de 2 000 victimes et poussa les trois-quarts de la population à fuir. Les bâtiments sont aussi marqué par la guerre. De nombreuses maisons et immeublessont en ruine ou criblé de balles. C’est par exemple, le cas de la maison à côté de celle où je loge. Le pont de Stari Mostar construit en 1565 et reliant les rives est et ouest a également été détruit par la guerre en 1993. Reconstruit avec des pierres taillées selon des techniques d’antant, c’est aujourd’hui un des principaux points d’intérêt de Mostar.

april may 2016 038

DSCF1197DSCF1199DSCF1200DSCF1205

april may 2016 037

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s