El Calafate ou la beauté de la glace

Il fait déjà nuit lorsque j’arrive à El Calafate et je n’arrive pas à voir le nom des rues. Heureusement, deux jeunes filles du coin m’aident à trouver mon chemin. Quiproquo cependant, car mon auberge, l’Hostel del Glaciar Pioneros, porte le même nom qu’une sandwicherie. Je séjourne à nouveau dans une chambre de 3 personnes, mais cette fois-ci, j’ai des compagnons de chambre : un couple de Français pour la première nuits et deux Argentins les deux suivantes. La chambre se trouve en fait dans un bâtiment à l’extérieur de l’auberge, et je dois aller dehors pour aller à la salle de bain ou aux toilettes qui sont dans le bâtiment principal. Vraiment pratique ! Bref, je ne conseille pas.

Le lendemain, je me réveille de bonne heure pour ma premièe excursion à Estancia Cristina. Après un trajet en voiture, puis en bateau, on est divisé en groupes. J’ai opté pour une petite promenade menant jusqu’à une cascade (l’option la moins chère). Le guide est très sympatique et très intéressant – quand je lui ai dit que j’étais Alsacienne, il m’a même parlé de la guerre de 1870 et du changement constant d’appartenance (étant donné que les Français ne connaissent pas la guerre franco-prusssienne, que quelqu’un au bout du monde en parle, ça m’impressionne !). Il m’a aussi expliqué que la constitution det la division administrative de nombreux pays d’Amérique du Sud sont inspiréee de celles de la France et qu’ils nous doivent indirectement leur indépendance – leurs puissances coloniales étant trop occupées par Napoléon pour s’occuper d’eux.

 

Après le déjeuner (j’avais acheté un sandwich à El Calafate, mais il était possible de prendre un vrai repas à l’Estancia), on profite d’une visite guidée de l’Estancia. Retour ensuite en bateau par le chemin des icebergs, ma raison principale pour faire cette excursion.

Le lendemain, je me réveille à nouveau aux aurores pour aller au parc de Los Glacieres et admirer le majestueux Perito Moreno. On visite d’abord librement les plateformes, qui permettent d’admirer le glacier sous différents angles. Le soleil brille, et j’ai la chance de voir deux pans de glacier tomber, dont un d’une taille impressionante. Malheureusement, tout ça se fait tellement rapidement que je n’ai pas le temps de prendre mon appareil. On prend ensuite un bateau pour nous rendre sur la face nord du glacier. On commence par suivre un sentier sans difficultés majeures jusqu’à une espèce de plage de sable noir, puis à travers une « forêt ». On enfile ensuite les crampons, puis on nous explique comment marcher sur la glace : les pieds en canard pour grimper, les pieds parallèles pour descendre. Je suis gauche sur mes crampons et j’ai tellement peur de tomber que la guide me prendra par la main pour la plupart du parcours, me surnommant « sa co-pilote ». Je parviens quand même à finir la marche, heureuse de cette expérience mais pas prête à recommencer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s